Architecture rurale

RETOUR

Architecture rurale

Contrairement aux autres maisons françaises, les maisons alsaciennes étaient considérées comme étant des biens mobiliers.
On pouvait en effet les démonter et les remonter en numérotant et détachant les différentes poutres.

Particularités des maisons de Kilstett

Vers le XVIIe siècle, les bâtisseurs de maisons alsaciennes devaient abattre une vingtaine de chênes pour faire les colombages d'une maison. Le saule têtard était élagué puis tressé pour renforcer le torchis.
A Kilstett, les maisons alsaciennes étaient souvent petites car ses habitants étaient des ouvriers agricoles modestes qui y vivaient parfois à 15. Le Ried était une région moins riche que les autres.
Pour éviter de perdre de la chaleur, les plafonds étaient très bas et les fenêtres souvent petites.
On trouve sur les maisons alsaciennes des tuiles traditionnelles : le tuilier fabriquait des tuiles en forme de queue de castor ("bieberschwantz" en alsacien) à l'aide d'argile et d'eau. Il les faisait sécher dans un moule puis les faisait cuire pour les rendre plus solides.
Le torchis est un mélange de boue, paille, argile, parfois même des crins de chevaux ou poils de vaches.
Des branches de saule tressées (palançons) sont placées entre les poutres pour faire tenir le torchis.
Aujourd'hui, le saule est remplacé par des briques.
Les maisons étaient souvent peintes en bleu, couleur de la Vierge Marie. Les habitants des maisons bleues étaient donc des catholiques.

Les symboles

A l'époque, les villageois étaient très croyants et superstitieux, c'est pour cela que l'on trouve de nombreux symboles sur les maisons alsaciennes.
Ces symboles exprimaient un souhait, signalaient un métier ou servaient à se protéger contre l'orage, l'incendie, l'inondation, les forces occultes et maléfiques, le tremblement de terre,... On trouvait ces symboles à plusieurs endroits de la maison : sur les colombages, les tuiles, le poteau cornier, les allèges de fenêtres et les portails.
La date de construction de la maison est indiquée sur les poteaux d'angle ou corniers, précédée des initiales du nom de l'habitant. Le nombre 1 a de nombreuses variantes et a évolué à travers le temps. Il désigne aussi le signe de l'infini en espérant que la maison résistera au temps.

 

 

 

 

 

En vous promenant dans le village, vous pourrez observer différentes formes de colombages :
la chaise curule (A) : symbole réservé aux personnes aisées, notables, qui ont une grande importance pour la vie du village
la croix (B) : signe multiplicateur, symbole de l'union et du mariage
le losange (C) : symbole de fécondité
le losange barré (D) : symbole de la force
l'étoile : signifie la force de l'homme
le disque solaire (E) : symbole solaire (signe de vie)
le demi man (F) : signifie l'homme et le Christ

 

 

 

 

La tuile comporte également des symboles de protection divine. Une coutume consistait à poser une tuile décorée sur le toit : la tuile portait généralement la date de construction de la maison, des symboles chrétiens ou païens (comme les étoiles, les arbres de vie, les empreintes de bébé,...) imprimés dans l'argile encore molle des terres non cuites.

 

Texte extrait du Guide du Sentier Découverte de Kilstett



Haut de Page
Mairie de Kilstett - 1, rue de la Mairie - 67840 Kilstett - 03 88 96 21 09 - Fax 03 88 96 39 54
Accès Intranet Recherche Contact Accès malvoyants Plan du site Mentions légales